Ça y est, je crois que je peux commencer à compter. Mois moins 3 … 3 mois avant d’entrer dans la 3ème année de ma poupée. Ma toute petite fille, déjà si grande, finalement ! A l’aube de ses deux ans, cette mini blondinette s’affirme. Son caractère bien trempé, je ne sais pas si elle le tient principalement de sa mère, ou de son père (hum hum), mais à quoi bon se poser la question quand on le côtoie tous les jours, ha ha ! Le terrible two nous guette, mais cette fois on est prêt. On l’attend, et on saura le manier à la perfection ! Son grand frère nous aura bien entrainé, le malin !

Plus rien n’a de secret pour nous : ni le jetés au sol, ni les roulés-boulés soudains, ni les pleurs-sans-larmes, ni les NON à répétition, ou les TOUSSEUL de plus en plus courants.

Et malgré tous les efforts que cela demande (prendre sur soi, garder son calme, toussa), je ne peux m’empêcher de la trouver mignonne. Oui oui tu as bien lu : mignonne. Je vis cette étape complètement différemment de la première fois. Peut être parce que cette fois j’en suis sûre : un jour, ça passe.

Aujourd’hui, mini chou a 4 ans, et aujourd’hui, le mini chou d’il y a 2 ans me manque parfois. Alors évidemment, j’aime à la folie le grand garçon coquin qu’il est devenu, et qu’il continue de faire évoluer MAIS le bébé blondinet tout rond “d’avant” ne peut m’empêcher d’esquiver un sourire et de faire battre mon cœur de nostalgie quand j’y repense… Certes, je m’en plaignais, certes il était parfois insupportable, certes il nous a fait atteindre nos limites, et les repousser. Mais c’était un bébé, mon bébé, mon tout-petit et il avait terriblement besoin de nous.

Je crois pouvoir dire que nous avons su l’accompagner au travers de ces mois difficiles. Nous avons su en faire un petit garçon sensible, mais confiant. Un petit garçon qui exprime ses émotions, ses sentiments, sans peur, ni appréhension. Il sait nous faire comprendre quand ça ne va, et sait surtout exprimer son bonheur, sa joie de vivre, d’apprendre, de grandir, sa joie d’être.

Désormais, c’est sa petite sœur qu’il va falloir accompagner vers le même chemin. Et nous ne sommes plus deux, mais trois, à pouvoir le faire.

Alors finalement…..

Quelle chanceuse cette mini couette !

img_2046 img_2047 img_2048 img_2049