Hello, ici Papachou sur le blog (c’est moi ou ce surnom donné par ma douce est ridicule?)
.
papa papote
.

Après de (trop) long mois d’absence, la rubrique Papa Papote est de retour sur le blog… ehh oui : les vacances, la rentrée, un nouveau boulot, DES nouveaux boulots, une nouvelle organisation… MAIS surtout un Bébéchou à nourrir, à changer, à occuper, à divertir et un bébé chien dont on vous a déjà parlé ! Cela représente beaucoup de temps et requiert de ma part quelques ajustements afin de pouvoir “papoter” plus souvent par ici ! (et j’ai réussi)(preuve en est).

BREF.

Aujourd’hui, nous allons aborder le thème des bêtises et autres caprices de nos tendres bébés, qui ont commencé, pour notre part, il n’y a pas si longtemps que ça et qui sont de plus en plus récurrents !

LES BÊTISES

Les premières bêtises de Bébéchou étaient bien évidemment inconscientes; de ces bêtises qui nous font rire sur le moment, et grincer des dents quand elles se répètent quelques mois plus tard. Pour la petite anecdote, peu de temps avant ses 1 an, nous avons retrouvé Bébéchou au milieu d’une mare de chocolat en poudre dans la cuisine ! Miam !
.
caprices de bébé
.
Depuis peu, je dirais depuis quelques mois, il commence réellement à nous tester, en toute conscience des choses. Oui, mon fils va purement et simplement observer et analyser ma réaction en cas de NON répété, tout en sachant donc très bien que c’est interdit. L’opération peut se répéter jusqu’à une, deux, trois fois… jusqu’à ce que je me fâche tout rouge (oui chez nous on se fâche pas tout bleu mais tout rouge)(se fâcher = hausser le ton, éventuellement mettre au coin). S’il est contrarié (et croyez moi, il l’est) MONSIEUR s’assoit et crie, pleure, hurle, s’allonge, bat des pieds, des mains (comment ça j’exagère?)
#coucouleboudin ! (fils de sa mère?)

Comme c’est un bébé très intelligent, il nous offre un joli panel de bêtises : et vas-y que je joue avec la gamelle du chien, que je trifouille les prises électriques, que je mords (coucou les dents)(conn*sses) et pin ce parfois; ah, et vas-y que je vide l’étagère de ses livres ! Depuis peu monsieur s’approprie également les jouets du chien, qui forcément se réjouit d’avoir un nouveau copain pour jouer ! Mais NON ! Bébéchou, lui, ne partage pas les jouets du chien… avec le chien (super les boites en carton, les bouteilles plastiques, couvercles de pots de confiture et détritus en tout genre… pensez y pour Noël !)(wishlist à suivre).

 Comment réagir face à toutes ces bêtises ?

Pas facile de “punir” un bébé si petit. Mais alors, que faire ? Le laisser faire bourde sur bourde… ne rien dire ?
Surement pas ! Cela prendra du temps, mais Bébéchou finira par comprendre qu’il y a de choses qui ne se font pas.
.
Ce que nous mettons (tentons de mettre) en oeuvre :
.
Première technique : mettre bébé dans sa chaise haute, et le placer au coin, pendant une minute. La règle? Une minute par année, correspondant à l’âge de l’enfant.Cela fonctionne-t-il ? ça dépend… parfois, oui, parfois, non. Règle numéro 2 : s’armer de patience…
Deuxième technique : rester toujours très zen (Ahem…) en lui répétant NON NON et NON, interdit, bêtise, pas bien, pas toucher (ah non ça c’est pour le chien)(ah ah). Nous prenons soin de lui expliquer calmement que ce qu’il fait est mal, et qu’il ne faut pas recommencer. Ensuite, nous le détournons de la bêtise. Efficacité? Proche du zéro…
.
La plupart du temps, bébé ne comprendra pas pourquoi telle ou telle action est interdite, car dangereuse : à 1 an, un enfant n’a pas conscience du danger (bah ouais!), et c’est justement là notre rôle de leur inculquer, avec du temps et de la patience… Je pense d’ailleurs sincèrement que c’est comme ça que vous pourrez faire grandir la confiance que vos enfants ont en vous, et que vous pourrez leur faire confiance à leur tour ! (c’est beauuuu ce que je dis)(non?).
.
caprices de bébé

LES CAPRICES

Tout d’abord, j’insiste sur le fait qu’il faut arrêter de penser qu’un bébé de quelques mois qui pleure est un bébé capricieux… c’est leur seul moyen d’expression et si un bébé pleure à cet âge c’est que quelque chose ne va pas (la couche? la faim? le besoin d’attention?). Mais c’est un autre sujet et nous y reviendrons peut être une prochaine fois !
.
Il y a quelques mois (peu après avoir soufflé sa première bougie), nous avons commencé à comprendre que les pleurs de notre bébé pouvaient représenter des caprices.
.
Monsieur joue dehors, c’est l’heure de rentrer à la maison, Monsieur n’est pas d’accord, Monsieur se laisse tomber sur les fesses (merci la couche-amortisseur), Monsieur crie. CAPRICE !
.
Monsieur fait les magasins, Monsieur est dans sa poussette, mais Monsieur veut marcher. Nous le sortons de sa poussette, et Monsieur touche à tout. Après lui avoir expliqué que non, on ne peut pas tout prendre dans le magasin, Monsieur se met à pleurer, à crier, à hurler. Monsieur s’allonge au sol. CAPRICE !
.
Monsieur est à table, mais Monsieur veut jouer. Maman refuse de lui donner un jeu. Monsieur refuse de manger, tant qu’il n’aura pas le jeu en main. CAPRICE !
.
(notre vie est tellement plus belle mouvementée depuis l’arrivée de notre pote Caprice)
.
Souvent, on entend dire “pas de larmes sur ses joues, c’est un caprice” ou au contraire “oh,mais il pleure à chaudes larmes, ne le laisse pas dans cet état!”. BEWAAAARE. Par exemple, Bébéchou arrive très très trèèèèès bien à mélanger caprice et larmes. TROP FORT (on a déjà prévu de l’inscrire au cours Florent)(futur star du grand écran, toussa).

N’importe quel parent (du moins je l’espère) fera la différence le jour venu entre les pleurs de son enfant lorsqu’il s’agit d’un caprice et lorsqu’il a vraiment besoin de quelque chose. Ça ne s’explique pas, c’est même tout à fait naturel.

Comment réagir face aux caprices ?

On essaie de toujours rester calme, de ne pas craquer, de lui expliquer calmement les choses, même si Bébéchou hurle à a la mort parce que NON, Papa ne veut pas qu’il touche à la spatule sur laquelle il y a du plâtre !! Toujours cette même stratégie : détourner son attention (encore)(toujours), en lui montrant qu’il y a des dizaines de choses beaucoup plus intéressantes que le bouchage des trous (si si, j’te jure)!

Le tout est de ne pas laisser le choix à l’enfant. Il ne veut pas rentrer à la maison, alors que tout le monde l’attend ? Il s’assoit sur le pas de la porte et hurle, pour montrer son désaccord ? Pas de négociation possible : s’il ne veut pas se lever alors nous le portons pour l’amener à destination, point (à la ligne)(mouahaha). Il hurlera plus fort, le temps de comprendre qu’il ne contrôle pas la situation. Très souvent, en moins de 10 secondes, tout cela n’est plus qu’un mauvais souvenir.

Un petit détail, toutefois : il nous paraît important que celui qui punit soit celui qui “libère”, et que le parent neutre soutienne le parent à l’origine de la punition, et ce même s’il n’est pas toujours d’accord (cela fera l’occasion d’une dispute conjugale le soir même, une fois bébé endormi) ! Attention, exception faite si votre mari ou femme souhaite faire réparer la chaudière à bébé, ou le faire descendre dans la fosse sceptique pour la déboucher, là vous pouvez exprimer votre désaccord immédiatement !

photo-1.jpg

J’espère que ce thème et ce billet vous auront plu ! Je reviendrai une prochaine fois sur un sujet sensible mais qui me tien BEAUCOUP à cœur : l’autorité sans violence. (ça vous parle?)
A très vite, sur le blog !
Un papa concerné :)