Dix.

Dix ans. Il y a eu des milliers de hauts, et puis beaucoup de bas. Des épreuves, des obstacles à surmonter. Et il y en aura encore. Mais cela ne regarde que nos cœurs et ici je ne veux garder que le meilleur.

Ce petit appartement sur Dixon Street, le premier à nous accueillir, dans un pays si cher à nos cœurs , celui de la rencontre, des débuts fragiles.

Ces premières vadrouilles en duo, à découvrir le monde tout en se découvrant nous-mêmes.

Puis ce nouveau départ sur Lyon. La croix-rousse, notre colline. Nous étions intouchables, tout la haut, comme notre amour qui lui grandissait chaque jour un peu plus, jusqu’à venir s’installer au creux de mon ventre.

Une naissance. Celle de notre premier bébé mais surtout celle de notre famille. Un renouveau, encore. Mais l’on a jamais aimé s’ennuyer, nous, pas vrai ?

Alors on est parti à la campagne. Sud de Lyon. Notre première petite maison. Un nid douillet pour 3, idéal pour accueillir notre duo-devenu-trio. Des jours paisibles, mais aussi les premières disputes chez ikea, nos premiers boulots de grands, et le monospace qui déboule dans nos vies.

Il ne manquait qu’une jolie bête à poils pour compléter le tableau. Ce sera des contraintes, nous a-t-on prévenu. Et c’était vrai, Mais on est têtu, nous. Alors on a adopté Igloo, qui pimente désormais le quotidien.

Et la vie suit son cours, et le premier bébé grandit, et nous, on mûrit mais on reste toujours un peu fous. Alors, dans l’instabilité la plus totale, on décide d’agrandir nos cœurs en fabriquant un deuxième bébé. Et si le premier fut un Chou, le second sera une Rose. La boucle est bouclée.

Oui, mais…. on est un peu à l’étroit. Et si on déménageait ? Pas loin, tout près, mais plus grand, de l’espace pour chacun. Et même un jardin. On touche du doigt le bonheur, le vrai.

Quand soudain, une bague s’installe au creux de ma main droite. Puis une seconde. Main gauche. Nous sommes mari et femme.

C’était, je crois, le plus beau cadeau que la vie pouvait me faire, me pousser dans les bras d’un homme, pas sans défaut mais toujours bienveillant. Tu as été la. Tu es la. Tu seras la.

Petite, je rêvais d’un mariage avec le prince charmant, puis d’une vie au bord de la mer. Cliché, pas vrai ?

Tiens donc. Nous y voila, la maison du bord de mer, celle qui abrite aujourd’hui notre jolie troupe. Sans avoir peur de tout bousculer encore une fois, nous avons opté pour un renouveau, un AUTRE. La concrétisation ?

Les 10 prochaines années nous le diront.

Je t’aime, chou. 

Posted in Instants de vie, Maman Papote.

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *