Bon alors, OUI, nous allons bientôt déménager et ‘la chambre des parents’ ne sera bientôt plus celle là mais QUAND MÊME, cette pièce c’est l’une de mes préférées dans notre maison actuelle alors je ne pouvais pas ne pas vous la montrer par ici… Cette pièce elle est immense, spacieuse, lumineuse et un peu tordue, ce qui lui donne beaucoup de charme. Je n’aime pas les pièces trop lisses, les murs bien droits et les angles trop carrés. Si j’osais, je dirais que j’aime l’atypique. Bon, allez, j’ose :) Et cette pièce, atypique, elle l’est !

J’ai volontairement choisi de ne pas la surcharger, ça reste une chambre et quand c’est trop chargé, on dort mal. C’est ma maman qui le dit, et elle a souvent raison, hé hé. En mobilier donc, on y trouve un lit (graaaand lit, enfants squatteurs bonjouuuur). Pas le lit dont je rêve, mais il a le mérite d’être simple et discret. On y trouve une petite commode vintage chinée pour 3 x rien, une étagère achetée chez Sostrene Grene, un immense coffre en bois récupéré par le biais d’une amie, un miroir sur pied (LA BASE) ainsi qu’un joli miroir ancien posé au sol et deux tables de chevet dépareillées (je vous l’ai déjà dit que j’aimais bien l’atypique ? niark).

Si certains de ces meubles se suffisent à eux mêmes pour donner encore plus de cachet à la pièce (coucou la commode vintage adorée), en ce qui concerne le lit il a fallu l’habiller… Depuis plusieurs mois je rêve d’une parure de draps en lin lavé. L’aspect chiffonné me plait énormément, et sans savoir l’expliquer je trouve que la matière apporte une touche naturelle toute douce, et ça, je sur-aime ! Cette parure je l’ai trouvé sur la boutique en ligne de la Compagnie du Blanc. C’est un sans faute : la qualité est irréprochable ! Depuis je n’ai qu’une idée en tête : me séparer de toutes mes parures en coton pour n’investir que dans du lin lavé (oui bon, on va y aller doucement, j’admets haha). En plus du look que j’adore, la sensation au toucher est très agréable, les draps ne sont ni froid, ni chaud, et offrent une sensation de légéreté bien appréciable !

En plus des draps, j’ai également investi dans des groooos oreillers commedanslesfilms parce que s’affaler sur une pile de coussins moelleux : c’est un peu beaucoup trop LA VIE, pas vrai ? Encore une fois en provenance de la compagnie du blanc, je n’ai pas été déçue et les prix étaient complètement raisonnables : 60 euros les QUATRE oreillers d’une grande qualité, qui dit mieux ?

Sur l’étagère, un petit miroir pomme trouvé dans le garage de Papy, tout comme le vieil argentique qui trône fièrement en déco sur la commode, tout près des petites cartes adorées trouvées à Amsterdam et chez ma copine hyper talentueuse Ombeline et de notre portrait de famille illustré sur une affiche Atelier Rosemood.

Sur la porte, une suspension macramé à prix tout doux, dénichée sur Skylantern.

Je vous montre ?