On en parle

Aveux inavouables : ce que mon enfant ne saura jamais !

Mon bébé… J’ai un aveu à te faire, ou plutôt à ne pas faire !

Parce que Papa et moi, nous t’apprenons à  devenir un être irréprochable, un adulte responsable… parce que nous t’élevons en te faisant prendre conscience du BIEN et du MAL, parce que nous te disputons lorsque tu fais une (grosse) bêtise, parce que bientôt nous te ferons croire qu’il faut être sage pour voir le papa Noël, et bien dormir, pour que la petite souris passe te voir dans la nuit…

Pour toutes ces raisons, non, vraiment, je ne me risquerai pas à t’avouer ces quelques petites choses de mon passé !

Tu ne sauras donc jamais que maman a joué à imiter Tarzan et Jane avec tata quand elles étaient petites. Et tu sauras encore moins que les rideaux nous ont beaucoup servi, ce jour là…

Je ne te raconterai pas la fois où papy s’est fait passé pour Franck des 2B3 au téléphone, et surtout que j’y ai cru, dur comme fer, pendant un bon moment… (avant de découvrir le monde de la désillusion! Ah, si tu savais ce qui t’attend!)

Je ne t’expliquerai pas non plus comment j’ai tout avoué à tata, pour le père Noël, le coup des parents qui cachent les cadeaux, dans la petite maison d’à côté et qui sonnent la cloche, pour que l’on aille se cacher. Je ne voudrais pas que tu reproduises cela avec tes (futurs) frères et soeurs.

 Tu ne sauras pas non plus que je n’écoutais rien en cours de maths, et que j’ai même réussi à récolter un joli 0,5/20 une fois (juste une, promis).

 Je ne te raconterai jamais la fois où ta mamie a retrouvé, dans ma chambre, un jean tellement bien tâché qu’elle a pu retracer le fil de ma soirée de la veille, ainsi que ce que j’avais pu bien manger ce soir là… (bon appétit, bien sûr!)

 Je ne te raconterai pas non plus la discussion polémique qui s’en est suivi, à savoir : des pâtes ou du riz? Non je plaisante, c’était plutôt d’une rouste qu’il s’agissait là… (mais ne t’en fais pas, mamie est gentille, en vrai!)

Jamais je ne t’expliquerai la fois où j’ai menacé mamie (oui, encore elle!) de me suicider si elle me séparait de mes amies (mais sinon, depuis, maman va bien, rassure toi).

Tu ne sauras jamais également, qu’il y a bientôt 7 ans, je rencontrais ton papa dans une gare (ah, l’insouciance!), et que quelques heures plus tard, il passait la nuit dehors dans cette même gare, tout ça à cause de moi…

 D’ailleurs au début, ton papa, il ne voulait pas vraiment d’une histoire sérieuse. Tu sais, un coup d’un soir, comme on dit… (comment ça tu ne sais pas?)(ah oui, pardon, tu n’as que 15 mois…)

Quand tu es né, tu avais une tête d’Alien (merci la ventouse)(miam, bon app). Jamais je ne t’avouerai que Papa t’a d’abord trouvé bizarre. Mais rassure toi, maman est tombée folle amoureuse, dès la première seconde, elle.

aveu1

Cette liste pourrait être bien plus longue, mais quand même, je vais en garder un petit peu pour nous, hein.

En attendant, voilà ce qui a fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui : des parents parfaitement imparfaits… gaffeurs, souvent… rigolos, parfois… têtus, beaucoup trop ! Des parents pas comme les autres, un peu extraordinaires.

Tes parents à toi, rien qu’à toi.

Mais surtout…..
Tes parents qui croisent très fort les doigts pour que tu n’aies pas hérité des gènes porteurs de leur connerie.

Niark niark niark.

Psst… Si tu veux aussi savoir ce que les blogueuses n’avoueront pas à leurs marmots… c’est par ici :

Chez Alice au pays des morveux
Chez Maman bavarde

PS: ne cherchez aucun lien entre l’image d’en tête, et l’article, il n’y en a pas ;)

10 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *