On en parle

Le ventre de bébé, et nos Blubbern !

Blubbern ? Kézako ?

Nooooon, ne partez pas, promis je ne suis pas en train de divaguer ! Aujourd’hui, on va revenir quelques mois en arrière, on va parler bébé, tout petit bébé et puis ventre, tout petit ventre, et surtout… comment en prendre soin. Mais alors, c’est quoi, ce truc, ‘blubbern’ ?

A leur naissance, mes deux mini choux ont connu des débuts difficiles côté ventre. On m’avait prévenu pour les fameuses coliques du nourrisson. Ces trois premiers mois sont terribles pour leurs petits ventres. Ayant moi même un passif à ce sujet (ouais, mon ventre est taquin…), j’étais très anxieuse de leur transmettre mes petits soucis personnels. J’ai pensé naïvement à chaque naissance que grâce à l’allaitement, ils seraient à l’abri de tout ça. Malheureusement, même si cela aurait pu être le cas, l’allaitement n’a pas toujours fonctionné comme je le souhaitais, pour l’un comme pour l’autre. Nous sommes donc très rapidement passés en mode biberon, et une fois de plus, j’ai simplement pensé que ce lait ‘magique’ choisi en 5 minutes et facilitant la digestion serait la solution à TOUS nos problèmes.

Jusqu’à ce que je réalise, que …NON ! Et que je découvre… les massages bébé ! Ils nous ont sauvé bien des soirées, et bien des crises de coliques, vous pouvez me croire ! Le petit ventre de notre bébé était donc devenu une vraie affaire de famille dont je n’étais plus la seule responsable (coupable ?) comme cela était le cas lorsque j’allaitais mes bébés les premiers mois… Et quel soulagement !

Et ces Blubbern, alors ? C’est Milupa qui a trouvé ce joli terme qui définit en fait tout simplement ces petits gestes rigolos que l’on peut adopter pour bichonner le ventre de bébé, en plus des massages classiques! Bisouiller, gargouiller, câliner, souffler… tout ça, c’est des Blubbern ! Mignon, pas vrai ?

Les Blubbern, tout le monde peut y participer : la maman bien sûr mais aussi et surtout le papa, le grand frère, et puis pourquoi pas le papi, et la marraine adorée ! Et chez nous, personne ne s’en est privé ! C’est tellement bon de faire rire bébé tout en lui faisant du bien…

Ce que j’ai très vite appris, et que Milupa confirme aujourd’hui, c’est qu’il est important de prendre soin de ces petits ventres de bébé, car si le ventre est bichonné de l’extérieur, alors il ira bien à l’intérieur… et il en a besoin ! (minute ‘le saviez-vous’ : à la naissance, l’estomac de Bébé est aussi gros qu’une cerise, puis grandit de jour en jour. À une semaine, il atteint la taille d’un abricot et à un mois celle d’un œuf. Imaginez donc le boulot à fournir !).

Cela semble couler de source, mais sur le moment, en pleine crise de coliques, on n’y pense pas forcément. N’hésitez pas à consulter la chaine Youtube de Milupa (c’est que ça donnerait presque des envies de troisième… aheum, ramenez moi sur terre, silvouplé!), ça donne des idées !

Quant au choix du lait, lorsqu’il a fallu choisir, je me suis laissée conseiller par ma pharmacienne. Il existe TELLEMENT de laits différents ! Chacun y va de son petit conseil (oui oui, ta voisine, et la copine de bidule, et le médecin de truc, et la pharmacienne de muche!) : au final, ce n’est jamais évident de trancher et de savoir ce qui sera le meilleur pour bébé… Aujourd’hui, je découvre Milumil, un lait deuxième âge spécialement conçu pour le ventre fragile de nos petits bébés. Il bénéficie d’un mélange unique : une formule fermentée et un mélange de fibres alimentaires breveté ainsi que tous les nutriments et vitamines importants et nécessaires au bon développement de bébé ! Un lait tout doux pour le ventre de bébé, ça m’aurait fait rêver à l’époque ! Alors s’il peut aider des parents en détresse, et surtout soulager des bébés au ventre douloureux, je dis oui !

Et chez vous, on en prend soin comment, du ventre tout doux de bébéchou ?

Dites moi tout, et n’hésitez pas à partager vos #BabyBlubbern avec nous !

Avis important : L’allaitement maternel est idéal pour votre enfant. L’OMS recommande un allaitement exclusif pendant les 6 premiers mois. Demandez conseil auprès du personnel qualifié des services de santé si votre enfant a besoin d’un aliment d’appoint ou si vous n’allaitez pas.

Article rédigé en collaboration avec la marque, cependant tous les mots présents dans l’article sont les miens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *