On en parle

Fatiguer son bébé en trois leçons (#LOL inside)

Bon, qu’on soit bien d’accord, un bébé, c’est chouette, un bébé, c’est mignon, un bébé, c’est le bonheur, etc etc etc… et bla, et bla, ET BLA. N’EMPÊCHE QUE le soir, quand il est l’heure de le mettre au lit, on est bien contents, nous les parents, qu’il dorme enfin, ce bébé! (qu’un seul parent me contredise et je vous fais une triple danse de la joie). Ça marche aussi, bien évidemment, pour la sieste.

SAUF QUE, parfois, bébé se rebelle, et bébé ne veut pas dormir. PIRE, bébé lutte contre le sommeil, qui pourtant, l’envahit déjà (yeux qui piquent, qui grattent, qui frottent, moui moui moui).

Bébéchou est un expert en lutte acharnée contre le sommeil. Monsieur est un grand curieux. Monsieur veut tout voir, tout entendre, ne rien louper, ne surtout pas en perdre une miette (attends, imagine Sophie la girafe elle roule une pelle à Paco le lapin, et il loupe ça?)(eh non! ça ne rigole pas chez les joujoux de Bébéchou!).

Alors avec Papachou, on a tout essayé. La berceuse, la veilleuse, les câlins sur le visage, lui tenir la main… Mais non, rien n’y fait.
Quand il a décidé qu’il ne dormirait pas, il ne dort pas.

SAUF QUE chez les Chamallows, Bébé ne fait pas la loi. NAMÉHO, c’est pas la fête de la couche, tu crois quoi!

Nous avons donc élaboré un certain nombre de techniques (on est ingénieur ou on ne l’est pas)(Poke Papachou).

C’est avec joie que je vous présente notre guide (chapitre 1) : fatiguer son bébé en trois leçons ! Ah !

1/ Tout d’abord, il est indispensable d’être équipé de ce genre de chose :

fatiguer son bébé

Ceci est notre achat le plus rentabilisé. 10 euros, 10 gobelets, et des heures et des heures de fun! Ca nous arrange bien, nous. Parce que ce que préfère Bébéchou, c’est bien sûr de détruire la tour. Ahah. Et là, vous vous dîtes, mais COMMENT on fatigue un bébé avec ça? FACILE! Chacun d’un côté du tapis, 5 gobelets à la main, et on monte une mini tour. Bébéchou s’éclate se crève à faire les allers-retours entre nous, et en 10 minutes, hop, y’a plus personne. Couché. KO. NIARK! #ParentsIndignes, étape 1.

fatiguer son bébé

2/ Tu as un aspirateur?

Ne cherche pas plus loin, fais comme moi : pose ton bébé par terre, et lance la machine, et c’est parti pour 10 minutes de rampage/4 pattes/course intensif-ve, PAR-TOUT dans la maison. Bon, en fait, cette technique n’est pas adaptée à tous les bébés. Pour ceux qui ont peur de l’aspi, ça ne peut pas fonctionner (quoi que, ça peut les faire fuir, et donc courir/ramper vite)(AHA)(blaaague). Bébéchou est un bébé exceptionnel (qui ne le savait pas déjà!?), qui A-DO-RE l’aspirateur (presque plus que sa mère, c’est dire). Du coup, dès qu’on le sort ou qu’on le branche, il remue ses petites jambes dodues comme pour nous dire ‘Eh oh, c’est l’heure de l’éclate, posez moi par terre que je suive à la trace mon meilleur pote!’. Encore une fois, 10 minutes plus tard, bébé épuisé = bébé qui arrête de lutter = bébé qui peut donc siester en toute tranquilité.

Mouahahaha.

fatiguer son bébé

3/ Papachou en parlait il y a peu via sa rubrique Papa Papote : les vidéos youtube, et notamment CETTE chaîne sont absolument magiques pour calmer, relaxer, et préparer bébé à aller dormir. J’ai, grâce à elles, réalisé un exploit : j’ai réussi à faire dormir Bébéchou sur moi, pendant près d’une heure 30. OUI, tu as bien lu, mon bébé de 7 mois (à l’époque) qui ne dormait plus sur sa maman depuis bieeeeen (trop) longtemps, s’est assoupi, et pouf, dodo. Il a suffit que je le place sur mon ventre, son dos contre mes genoux, et hop, en rythme, nous avons chanté (enfin, surtout moi en fait)(même pas honte)(ah les crocrocro-les crocrocro-les crocodiiiileuuuh), puis dansé (comme on a pu, certes). Peu à peu, j’ai vu ses paupières s’alourdir, puis ses yeux se fermer, et sa tête tomber sur mon épaule (et BIM, coeur de maman atteint en plein dans le mille)(plus gnan-gnan tu meurs).

Bref, testé/approuvé.

fatiguer son bébé fatiguer son bébé

Des idées comme ça, il y en a des milliers d’autres… Mais je les garde bien précieusement pour de futurs billets, niark niark!

En attendant, je ne suis pas contre les vôtres, d’idées révolutionnaires (ou pas). Alors à vos claviers. Entraidons nous entre parents indignes!

ah et…

#LOL, bien sûr!

21 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *