On en parle

J’ai testé pour vous… arrêter de râler !

Depuis toujours, on me surnomme la râleuse.

Evidemment, j’ai toujours démenti cette information fausse à mon sujet (BEN TIENS!). Seulement, depuis peu, je m’en rends compte… effectivement, je râle… Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie.

Jamais contente pourrait être mon deuxième surnom.

Bébé pleure pour la 14557689 ème fois de la journée, je râle. Papa joue trop bruyamment avec bébé, je râle. Bébé n’écoute pas quand je lui demande d’arrêter sa bêtise, je râle. Papa n’a pas débarrassé son assiette, je râle. Le facteur ne m’a pas livré LE colis que j’attendais, je râle. Ma mère ne m’a pas appelé à 12h17 comme prévu, je râle.

Je râle quand je suis fatiguée. Je râle quand je DOIS faire quelque chose que je n’ai PAS ENVIE de faire. Je râle en conduisant. Bref… La moindre contrariété se transforme très (trop?) rapidement en fin du monde imminente, et devient prétexte à râler. J’en viens même à m’auto-fatiguer, et à râler après… moi-même!

râleuse gif (si j’étais un homme)

Serait-ce le fait d’être devenue maman qui me fait prendre conscience de mon défaut ? Dans tous les cas, râler est clairement devenu un automatisme chez moi qui fait de moi TOUT SAUF ce que je ne souhaite pas être : une maman rabougrie, une maman râleuse.

Première étape : la prise de conscience. Je crois pouvoir affirmer clairement que ÇA Y EST… J’accepte le fait d’être une râleuse. Je pourrais même rejoindre l’association des râleuses anonymes s’il en existait une. Je suis prête à guérir. (ah ah ah)

Deuxième étape : être soutenue. Papachou me l’avait pourtant fait remarqué plus d’une fois, nous menant chaque fois tout droit à la dispute interplanétaire (ou presque) parce que bien sûr “il ne disait ça que pour me contrarier un peu plus, c’est faux, je ne suis pas une râleuse!”. Mais ça, c’était avant. Depuis je l’ai reconnu, et j’ai promis. Promis de faire des efforts.

Oui, mais comment ?

râleuse

Troisième étape : Papachou est devenu mon coach. J’essaie de prendre sur moi, et j’ai même décidé de partager avec vous quelques conseils et astuces grapillés à droite et à gauche, pour ne plus être cette râleuse.

C’est parti?

• Je fais le deuil de la maman parfaite – qui clairement, n’existe pas. J’apprends à “râler” (contester?) pour des choses qui en valent VRAIMENT la peine, et je lâche la pression sur d’autres, qui finalement n’ont pas d’importance… Oui, c’est ça : je choisis mes batailles !

• Je prends conscience que même si tout ne tourne pas toujours comme je le souhaite, il y a également beaucoup de positif dans ma vie de famille. Et c’est ce positif là, que je mets en lumière, plutôt que l’inverse.

• Lorsque mon bébé me pousse à bout, et que je n’ai qu’une envie : le repousser pour qu’il me laisse tranquille, je fais l’inverse. Je m’assois, et le prend dans mes bras. Inattendu, mais efficace ! Le contact physique entre deux êtres qui s’aiment est un très bon remède à l’énervement.

• J’apprends à m’exprimer autrement quand il s’agit de faire passer un message à chéri, par exemple. Ne plus être agressive, mais plutôt exprimer clairement ce que je ressens, ce que je constate, et ce que j’aimerais voir changer. Parler calmement, ça change la vie (ou presque!)

• Lorsque je sens le burn out s’approcher dangereusement, je respire calmement : je m’o-xy-gène ! Cela permet à tout le monde, et notamment à bébé de constater que maman gère parfaitement la situation en surface . Si bébé crie, je lui parle calmement. Si bébé hurle, je lui chantonne un air connu et rassurant. Dans tous les cas : crier empire bien souvent les choses !

• J’arrête de me sacrifier, et je prends du-temps-pour-MOI. J’ose me faire plaisir, sans culpabiliser. Ma nouvelle devise : prendre soin de moi est au moins aussi important que prendre soin de mes proches. Si je suis heureuse, alors, je ne suis plus râleuse (véridique)(oh oh oh!).

• Très souvent, ce sont nos différences d’actions, à chéri et moi, qui nous mènent à la râlerie. Alors on apprend, on apprend à accepter la différence, et on accepte que notre âme-soeur fonctionne autrement. Nouvelle règle : partir du principe que c’est celui qui fait, qui a raison. Au final, est-bien important que bébéchou soit allé à la crèche vêtu d’un pantalon vert et d’un tee-shirt rouge/bleu/violet/marron?

Et vous, un défaut à partager? Des astuces à partager?

râleuse

 

17 Comments

  • Maman tendance bio

    coucou,

    J’avais également essayé d’arrêter de râler et ça avais marché un temps, mais chasser le naturel et il revient au galop :)

    j’avais appliquer la méthode du livre « J’arrête de râler » de Christine Lewicki avec un bracelet à changer de bras à chaque fois que l’on râle, le but étant de le garder 21 jours au même bras ( j’avais d’ailleurs fait un billet sur le blog à l’époque).

    • natachouette

      Entendu parler de ce livre mais je ne l’ai pas lu, je devrais selon toi? Je ne sais pas si on peut parler de naturel, en fait, puisque visiblement on est toutes des râleuses ahaha! Après il y a différents degrés de râleries, certes… :p

  • Femin'elles

    Dans mes braaaaas la chieuse :) . Je suis beaucoup moins râleuse depuis que je suis solo moi ^^ !
    Tu as raison sur ce point ‘J’apprends à m’exprimer autrement quand il s’agit de faire passer un message à chéri, par exemple. Ne plus être agressive, mais plutôt exprimer clairement ce que je ressens, ce que je constate, et ce que j’aimerais voir changer. Parler calmement, ça change la vie (ou presque!)’.

    C’est déjà un pas énorme!!!

    • natachouette

      Hiii #câlinnnn ! Honnêtement ça ne m’étonne pas que tu râles moins depuis que tu es solo… la plupart du temps je râle après l’homme… mais je crois qu’on est toutes pareilles, qu’il soit l’homme de notre vie, ou pas ! ;)

  • biojourdhui

    Je me retrouve bien dans ton caractère ! Moi aussi je râlais beaucoup, vraiment trop, tout le temps. Chérie en avait ras la casquette. Quand j’ai senti qu’on approchait le point de non-retour j’ai décidé de prendre les choses en main avec le cahier d’exercices “J’arrête de râler !” (21 jours pour changer de vie), on le trouve ici : http://livre.fnac.com/a4090466/Christine-Lewicki-J-arrete-de-raler-le-cahier-d-exercice?oref=00000000-0000-0000-0000-000000000000&Origin=SEA_GOOGLE_PLA_BOOKS&mckv=8xDc4L6C_dc&pcrid=28737809063&ectrans=1. C’était rigolo et même si je n’ai pas fait ma “cure” de 21 jours j’ai fait beaucoup de progrès ! D’ailleurs je crois que je devrais refaire quelques exercices ça me ferait pas de mal, avec le changement de saison je suis grognon.

  • mamengagee

    Je suis comme toi, je rale beaucoup. Mais je me soigne..
    J’essaye de moins raler au quotidien et de valoriser le positif.
    Mon meilleur exuctoire, c’est en voiture. La je m’en donne à coeur joie. Je rale à donf et une fois à la maison je suis plus calme ;)
    Bisous !!!

    • natachouette

      Han pareil, en voiture j’arrive pas à prendre sur moi… Il faudrait pourtant avec un bébé à l’arriere qui garde les oreilles bien ouvertes lui… pfff!!! :)

  • Célia

    J’ai pas d’astuces mais je prends les tiennes en compte car oui, moi aussi, je suis une GROSSE RÂLEUSE ! j’essaie de me calmer et de désamorcer le truc mais pas toujours simple :s.

    • natachouette

      Non pas simple, même pour moi qui ai pris conscience de la situation, mais avec du temps et de la patience et du travail sur soi (ouais ça fait beaucoup !), on y arrive…

  • Virginie

    Tu connais le jeu si j’étais…???? et bien au jeu de si j’étais un des 7 nains mon zhom répond (sans même prendre le temps de réfélchir hein!!!): GRINCHEUX….
    oui oui oui c’est ça moi j’ râle jamais ;-) (mauvaise foi en plus ben oui je suis pas parfaite…)hihihihi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *