On en parle

Quand la tribu n’est pas là… maman danse… ou pas!

J’ai longtemps hésité sur le programme que je pourrais bien suivre lors de ces longs 10 jours de vacances (oui VACANCES) à passer seule (oui SEULE) chez moi… Mari et enfants étant en vadrouille à l’occasion des vacances scolaires, l’opportunité était trop belle. Un petit tour au SPA, ou alors 3 ou 4 (ou 9 ou 10?) virées shopping, et pourquoi pas des apéros entre copines tous les soirs, sans oublier, du coup, un détour par le Casino777 pour financer tout ça ! (oui, parfois, je sais être chanceuse)(et j’aime bien quand ça brille)(un casino, ça brille, pas vrai?).

BREF.

J’ai longtemps hésité et puis finalement… C’est la flemme qui a pris le dessus. Ouais, LA FLEMME. La vraie de vraie. Les pâtes à tous les repas (et toutes les sauces)(coucou la collection de sauce SACLA dans mon tiroir préféré). Les étalages sous plaid sur canapé. Les dodos de 21h à 7h30 sans interruption. Les pyjamas de mémé et chaussettes en laine jusqu’aux cuisses. Les plateaux télé devant M6 et ses agriculteurs. Tu vois, quoi. La flemme telle qu’on l’aime.

Pourtant , je m’étais imaginée ces 10 jours de “liberté” comme 10 jours de folie. A retrouver mes folles années étudiantes, la pêche de mes 20 ans. A profiter de la solitude, du calme, et ne surtout pas penser à mes enfants et leurs cris incessants.

Et bien, aujourd’hui je suis heureuse de vous annoncer que…. c’est un gros FAIL !

Chaque soir, je pars du boulot tout en sachant que personne ne m’attend à la maison. Chaque soir je me retrouve seule, dans une grande maison, vide (bon OK les meubles sont toujours là). Chaque soir, il fait nuit tôt, et c’est presque déprimant (complètement badant, même). Chaque soir, leurs cris, leurs pleurs et surtout leurs “bisous maman” “calin maman” ou “je t’aime maman” en viennent à me manquer. Chaque soir, je scrute la pendule en me demandant ce qu’il me reste à faire sur le planning du 18-20h si bien rodé d’habitude, en vain. Chaque soir, la présence de mon amoureux sur le canapé à mes côtés me manque. Le plaid est douillet, mais je préfère sa barbe de 3 jours, je le sais désormais. Sans parler de ses petons tout chauds qui me réchauffent les jambes une fois sous la couette.

Alors certes, vous l’aurez constaté, le blog, lui, a repris du service. Forcément, ça occupe mes soirées, un peu.

Mais quand même hein… S’ILS POUVAIENT REVENIR PLUS VITE QUE PREVU !

Bouhouhouhou.

(suis-je crédible?)

Natachouette, seule, et triste

semaine sans enfants
Bon, ok, j’ai quand même passé le week-end à Paris, entre nanas.

lien hote

2 Comments

  • Summer Girl

    Un petit tour chez Sézane au passage ;)
    Je crois que depuis la naissance de Little G qui a 13 mois j’ai passé une nuit sans mes garçons à la maison et j’avoue que ça m’a fait vraiment bizarre car parfois on n’e rêve que de ça de pouvoir dormir tranquillement et avoir du temps pour soi mais il y a ce manque, et ce silence un peu perturbant. J’ai hâte de retrouver mon grand bébé samedi et le serrer fort contre moi <3

  • Émilie

    J’ai vécu ça il y a 2 ans (ouais le genre d’aubaine qui ne se présente pas tous les jours !) et j’ai kiffé kiffé kiffé d’une force :) Je ne vais pas mentir, ces 4 jours de liberté sont passés bien trop vite il m’a manqué du temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *